Jean 1, 1-18 – Au commencement était le Verbe…

Jeudi 25 Décembre 2014 – Noël, par le pasteur Béatrice Hollard Beau

 

Au commencement était le Verbe,

et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu.

2Il était au commencement tourné vers Dieu.

3Tout fut par lui,

et rien de ce qui fut, ne fut sans lui.

4En lui était la vie

et la vie était la lumière des hommes,

5et la lumière brille dans les ténèbres,

et les ténèbres ne l’ont point comprise.

6Il y eut un homme, envoyé de Dieu : son nom était Jean.

7Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui.

8Il n’était pas la lumière, mais il devait rendre témoignage à la lumière.

9Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme.

10Il était dans le monde,

et le monde fut par lui,

et le monde ne l’a pas reconnu.

11Il est venu dans son propre bien,

et les siens ne l’ont pas accueilli.

12Mais à ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. 13Ceux-là ne sont pas nés du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu.

14Et le Verbe s’est fait chair

et il a habité parmi nous

et nous avons vu sa gloire,

cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.

15Jean lui rend témoignage et proclame :

« Voici celui dont j’ai dit : après moi vient un homme qui m’a devancé, parce que, avant moi, il était. »

16De sa plénitude en effet, tous, nous avons reçu, et grâce sur grâce.

17Si la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

18Personne n’a jamais vu Dieu ; Dieu Fils unique, qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé.

 

 

 

Frères et sœurs,

nous fêtons aujourd’hui  en ce jour de Noël , la naissance de Jésus-Christ.

Il se trouve qu’en ce jour de Noël, notre texte de ce jour est aussi une autre naissance : le début de l’Evangile de Jean. Et, comme dans toute naissance, le début de l’Evangile de Marc en est un exemple,   Jean va en exposer ce qui constitue la vie de cet Evangile, son principe, son fondement, axé sur Jésus –Christ, la Parole, et avec des mots qui peuvent être aussi un commencement pour nous.

Il est beau de les redécouvrir en ce jour de Noël, afin qu’ils reprennent naissance Et ce sera frères et sœur le thème de notre méditation.

 

Jean dit : Au commencement était la ¨Parole,

La Parole était auprès de Dieu, la Parole était Dieu. Tout fut par elle.

 

Au commencement, de la vie, au commencement, de toute vie, il y a une  Parole, celle de Dieu. L’inverse est aussi vrai.

Au commencement de toute Parole de Dieu,  il y a aussi la vie. Qui dit Dieu, dit la VIE.

 

Et la vie se manifeste ainsi : Christ qui était auprès de Dieu, va venir auprès des homme.

L’événement de la  naissance de Parole est dans cette proximité, elle n’existe que dans cette relation de proximité.  Christ  est Celui qui par amour  rétablit la proximité de Dieu avec  celle des hommes.

C’est une très belle nouvelle, cette naissance de la Parole, car Christ pour nous unir à Dieu , par amour, `Christ vient s’incarner en nous.

 

Mais ce qu’il y a de plus extraordinaire encore, c’est que sa naissance au monde, va nous FAIRE NAITRE en ESPRIT. Au commencement nait la Parole qui nous fait naître à l’essentiel de la  vie et à l’Esprit , comme une LUMIERE  qui brille dans les ténèbres.

 

Oui mais voilà, au commencement du monde et de toute personne humaine, CE DON, les ténèbres ne l’ont pas accueilli. Ils n’ont pas accueilli la Parole.

LA PAROLE Christ n’a pas été RECONNUE dans les ténèbres.

 

Nous pouvons nous demander Pourquoi ?

Parce que les ténèbres ne désignent pas un monde indéfini. Les ténébres, définissent  l’espace extérieur au Monde de l’Esprit : La CHAIR, notre pauvre humanité aveugle.

Non pas que nous soyons mauvais. Mais parfois notre pauvre nature d’homme  ne veut pas se libérer et s’enferme sur elle même .

On n’y arrive pas, on ne se comprend pas, je suis frappée de voir  tant de ‘mal-entendus’…

 

Impossible alors de discerner ce qui revient de la chair et de l’Esprit, de la liberté et de l’enfermement.

Même au milieu des siens, Jésus la Parole, n’a pas été accueilli, dit Jean, . C’est pire que ce qu’on peut imaginer. Les proches  n’accueille pas celui qui est leur proximité.

Alors voilà quel est le fondement,  principe de l’Evangile, Principe de « la BONNE NOUVELLE en grec. : La Parole fait naitre l’homme en Esprit, mais elle n’a pas été RECONNUE. Ceci est à l’origine de la CROIX.

 

Mais si l’EVANGILE veut dire BONNE NOUVELLE , n’y a t-il pas autre chose, qui fait qu’on ne peut pas s’arrêter là ?  SI !

Jean dit qu’à ceux qui CROIENT en son nom,  il a donné le pouvoir d’être Fils de Dieu …

.

En face de la non reconnaissance générale,  de la non-vision, Dieu a donné une possibilité de : CROIRE, d’établir une relation de CONFIANCE, C’est le même mot en grec. Il y a la possibilité de croire, d’avoir confiance, c’est un lien. C’est immense.

 

Alors comment  croire ? Jean le dit :

On ne croit pas par hérédité : On ne croit pas par la chair ou par le sang, ni même par sa propre volonté.

Il est donné de croire par le témoignage de l’HOMME en lequel Jésus s’incarne .

C’est ainsiqu’on « contemple  la grâce et la  vérité du FILS UNIQUE ».

Christ se REVELE en L’HOMME .

C’est pour cela que dans ce prologue, alors que Jean évoque la Parole,  le récit est coupé parle TEMOIGNAGE de Jean –Baptiste vis à vis du  Christ .

 

C’est comme si Jean disait :.

On ne reconnaît pas le Christ. Christ se révèle en L’HOMME. Il se DEVOILE dans le témoignage de l’homme,  en la PAROLE d’autres hommes. Ce sont autant de  TEMOINS qui font apparaître le Christ. TOUS :

Lorsqu’on voit grâce et vérité en un homme il y a le Christ. Ce n’est pas l’homme qui détient la vérité. A un moment, la Vérité est révélée, elle donne VIE .

Alors la Parole de Dieu Christ est là .  Elle passe par l’homme nous sommes des passeurs.

 

Ce très beau texte à Noël nous dit qu’à défaut de le CONNAITRE, nous pouvons RECONNAITRE la Parole,  Christ

Reconnaître c’est le faire naitre.  NOËL est une CONVERSION à l’homme.

Reconnaître le Christ c’est grâce à l’Esprit Saint CROIRE en l’HOMME se pencher sur l’autre, c’est le reconnaitre comme TEMOIN du Christ, porteur de sa PAROLE,  coute que coute.

 

Mais on peut se dire finalement : qu’est que ce témoignage ?

 

Le témoignage n’est pas une exemplarité. Le témoignage est une Révélation du Christ.

C’est une question de FOI.

Heureusement , dans notre texte jean parle de ce témoignage. Ce texte est très précieux.

La description du « témoignage » de  Jean –Baptiste en donne la teneur :

 

Littéralement il est dit dans le texte :

«  Jean -Baptiste lui rend témoignage et proclame » Après –moi vient un homme qui est devant moi , parce qu’il est premier par rapport à moi.

 

Jean-Baptiste parle du Christ, mais RECONNAITRE le Christ c’est aussi reconnaître l’homme à côté de soi comme PREMIER  à soi.

Nous sommes appelés à une conversion du regard.

Témoigner de la Parole du Christ , c’est  donc  DELIER SOI-MÊME avant de délier l’autre.

C’est donc, arrêter de s’enfermer sur SOI, et vouloir tout prouver par rapport aux autres.

 

Trouver le Christ et le reconnaître, c’est Reconnaître l’AUTRE comme meilleur et premier et l’accepter sans complexe par ce qu’il est porteur de Christ..

C’est se réjouir de la valeur de l’autre, c’est le SERVIR. SERVIR est une question de foi.

Mais c’est alorsreconnaître que nous formons  unité avec les autres.

C’est se rendre comte qu’à plusieurs nous formons le peuple de Dieu. Etre dans la PAIX

 

RECONNAITRE le Christ, c’est reconnaître alors sa propre place en humilité, c’est reconnaître la Grâce, c’est alors vivre la LIBERTE de la Parole.

Peut –être aussi se trouver en tant que créature et alors vivre la vie de l’Esprit.

 

Je terminerai en citant encore Jean : A celui qui reçoit la plénitude de la Parole dit Jean, il reçoit « grâce sur grâce », c’est à dire en grec ‘grâce POUR grâce’.

Oui,  la naissance de la PAROLE est destinée à la GRACE de l’autre, et ultimement à la grâce de DIEU.

Noël c’est Reconnaître la PAROLE  au service de l’autre,  et au service de Dieu .

 

Christ nait pour nous sauver, nous délier, et ainsi pour rendre grâce à Dieu .

Oui, fêtons  Noël la naissance de Christ dans la RECONNAISSANCE de cette immense grâce. Par Lui le monde est transformé et continuera à se transformer pour Dieu.

Au commencement la Parole était près de Dieu.

 

Amen